Ailleurs ça coûte cher 

J’ai du faire une erreur
J’ai écrit des poèmes
Des tas de poèmes qui se lèvent tard
Et ne parlent à personne de la journée
On pense à des messages envoyés dans l’espace
Des textos mystérieux à des extraterrestres
Qui n’en demandaient pas tant
J’ai écrit aussi comme on creuse un trou
Depuis le 4ème étage d’un immeuble
Ça pose quelques problèmes d’architecture
Et de méthodologie
La réalité en général est arrangeante
La poésie encore plus
Sauf quand elle est soule
Et qu’elle cherche dans ses affaires
Une ou deux victimes multivitaminées
Son petit côté furet dans le poulailler
Ces derniers temps d’ailleurs
Je dois allonger un peu plus le bras
Pour qu’elle reste tranquille
Et qu’elle n’attaque pas les passants et les civils
Elle fait une fixette sur les mollets
Tibias et fémurs qui craquent
Sont ses deux fournisseurs d’orgasme
Je cumule les plaintes et les procès sous mon lit
Même les arbres m’en veulent de les gâcher
Je souhaite m’en sortir pourtant
Lundi je m’y mets ou peut-être vendredi
Même s’il faut pour ça enfiler un plâtre intégral
Ou déjeuner avec des types qui pensent à leur prime
Je vais m’y mettre
Et casser la baraque
Littéralement
Des sociétés de pilon m’ont proposé leurs services
Et quelques pyromanes
La secte poétique a ceci de particulier
Qu’il est difficile de quitter son propre cerveau
Aller voir ailleurs
Ça requiert de l’expérience
Il y a des pays où on écrit très peu
3 heures de vol et quelques libertés en moins
Il parait que là bas on vous récompense
En vous offrant gratos l’au-delà
On ne sait pas si c’est de l’humour noir
Ou une performance d’art contemporain
Au fond je vais rester là
Tranquille et intranquille comme Pessoa
Au fond je ne suis pas pressé
De ressembler à un carton paumé dans des archives
Ailleurs cette fois
Je vais essayer de pas l’oublier
Ça peut couter cher
Ou juste le prix d’un café