C’est comme s’il n’avait rien écrit
Comme s’il était toujours vierge
Ses mains devenues infréquentables
Son cerveau assis sur un banc
Il a du se tromper de jour
Enfiler son visage à l’envers
S’il pouvait faire l’impasse
Sans perdre trop d’argent
S’il pouvait marcher jusqu’à l’oubli
Et lui faire la peau au passage
Il reçoit un message dans la poche
Est-ce que tu vas bien
Est-ce que tu reviens te soumettre
A nos structures hiérarchiques
Bine sûr c’est promis
Quand j’aurai fini de boire ma citerne de café
Quand j’aurai l’inconscience tranquille
Allez un peu de vitesse entre les lignes
Enfiler ses baskets noires
Semelle spéciale qui absorbe les chocs
Au cas où il faudrait fuir
Fuir un peu mieux que les autres
Se sentir prêt dans un monde hypothétique
Et l’aimer plus qu’il ne vous aime
C’est parti
Il se met dehors
Il croise dans les parties communes
Une voisine que son mec vient de mettre à la porte
Elle a reçu des coups elle en a donné
Un peu plus à la porte qu’à son mec
Elle veut rentrer et continuer comme ça
Les flics sont venus plusieurs fois et les pompiers
Mais tant que personne ne gît dans une marre de sang
Le scénario peut se répéter
Tant que ni l’un ni l’autre ne porte plainte
Leur amour peut se défoncer légalement
Il pourrait encore jouer le médiateur social
Le psy entre deux étages
L’émissaire de la raison et du bon sens
Mais certains évoluent dans des réalités intouchables
Et cette jeune femme qu’il croise sans s’arrêter
A fait de sa souffrance une propriété privée
Passe ton chemin comme ils disent
Quel chemin ne saigne pas du nez
Extérieur jour
Jour à poil
Il ne sait pas où il va
Ça lui fait grave plaisir
Il n’a envie de frapper personne ni d’écrire
Juste marcher
Marcher avec pour seul objectif
Le millimètre d’usure sous ses semelles