Balancé sous un ciel bleu
Dans la ville qui ne rend pas les armes
Il se demande pourquoi dès le matin
Certaines personnes pourtant pas détestables
Transforment leur bouche en siphon
Pourquoi aussi son pied s’enfonce dans le bitume
Et ses mots dans des parcmètres
Pourquoi il faut donner une suite
Pleine de salive à des scénarios bidons
Et deux heures assises lui semblent des années
Einstein rigole
Einstein se la coule douce dans un bistrot
Il y a des bons moments si on va les chercher
Si on paie leur caution sans discuter
Par exemple faire une pause avec des collègues
Qui ne comptent plus les fractures d’identité
Protocole de détente
Le rire expresso lui va bien
10 minutes qui font sa journée
Dans ce quartier qui se fait pas mal de fric
Il résiste en amateur
Les doigts sur des gobelets en plastique
Et autour des lèvres
Revoir des muscles oubliés
Si seulement il y avait des micros pour se souvenir
Tout ce qu’il raconte finirait aux archives
Comme la preuve irréfutable
Qu’on peut être en cavale sans bouge