Toute existence se consolide par la poussée
Et mes chaussures de ville rêvent de campagne
Je me valide chaque jour
Et je caresse des machines qui jouissent trop vite
Toute existence est une histoire d’amour
Entre un point A et un point B
Compression dans les côtes
Malgré mes esquives
La foule hémorragique me rattrape
J’adore votre coude madame
Et mon pied sur le votre est un salut d’éléphant
C’est fou le nombre de convergences à 08h06
Sur le quai du métro à Gare de l’Est
Aucun livre ne m’extrait
Aucune phrase plus forte qu’une autre
On dirait qu’on va rester là oubliés
Sur le tarmac de nos téléphones
On dirait des momies fraîches en rangs serrés
Les yeux dans l’autre monde
Le talc de l’info sur les fesses
Et je me dis qu’abandonner ici un ou deux médias
Ne me ferait pas de mal
Qu’il faut se soustraire tant qu’on peut
Et rattraper son corps
Même s’il ne tombe pas
8h10 dans les jambes
Le frémissement collectif
Comme une aurore souterraine
Le métro vient chercher nos histoires
Et personne ne brandit de coupe-file
Toute existence se consolide par la poussée