Au hasard je me lève
Mais on ne pourra pas dire comme le soleil
La poésie a des limites à 5h du mat
Des limites clairement scientifiques
Et qui réclament qu’on les plonge dans du café
On est quel jour ?
On est quel visage ?
Inutile de compter
Sur les deux tire-au-flanc de proximité
Qui se font passer pour des chats
Inutile de démonter l’ordinateur
Qui attend des instructions précises
Une frappe au bout des doigts
Effaçant l’instinct de fantôme
Et je me rappelle que
Tous les jours c’est le 1er avril
Et tous les jours aussi
Je fais du sport de glisse
Sur la gueule qu’on me donne
Andy Warhol, Nico et le Velvet ne l’ont pas dit
Mais le visage est une peau de banane
Qui se prend pour une pomme
Et ce serait facile de dire
Une pomme ravagée de pépins
Mais je n’aime pas trop cette version
A 5 heures du matin
Ça sonne comme une porte d’entrée
Et je préfère les sorties bien éclairées
Donc je rajouterai un peu de poison
Avec ma plus belle main de sorcière
C’est bon je l’ai écrit
Petit producteur
J’ai rempli mon cageot
Maintenant c’est bien beau
C’est bien laid
Pas d’erreur marketing
Mais qui vient me croquer avec de vraies dents
A cinq heures du matin ?
Franchement il n’y a pas foule
Dans les dimensions officielles
Si je mets un peu de musique
Ça change quelque chose ?