Capitale du réel

Bien sûr que tu peux t’offrir une île déserte
Des filtres anti-réseaux et des patchs de soleil
Chaque café est une parcelle habitable
Et tu peux y mettre les guerres que tu veux
La dictature d’un texte et sa chute de toboggan
Ou si tu préfères la paix
Si tu es quelqu’un de sage par moments
Ou tardivement rationnel
Pose un comptoir
Sur la plage noire qui vient de Colombie
Une table de bar sponsorisant tes fesses
Et en déco minimale
Un poster froissé de Sonic Youth datant de 1994
Un squelette de manager authentique
Et pour finir ce gros rocher rose et breton
Où derrière se cache
Un couple qui dure plus longtemps
Que le plus malin des présidents
Dans ces cas là tout est possible
Surtout la fin du monde en codes-barres
Tout est possible pendant 10 minutes
C’est possible que tu ne serves à rien
Et que tu en fasses un trophée
Comme quand tu gardais des os de seiche
C’est possible que les 10 minutes d’un café chaud
Soient des préliminaires bon marché
C’est possible qu’il y ait une suite cachée
A 9 centimètres de profondeur
C’est possible qu’autour de cette île
Les  dangers te caressent
En accusé-réception
Mais bon avant d’écrire jusqu’à l’os
Infiltrer le réseau des nerfs
C’est déjà un chantier
Et puis ne te crois pas seul
Parce que ton lit se creuse d’un seul côté
C’est un canular sympa
Tu tiens bien entre des lèvres
Si tu enlèves le papier de verre qu’il y a sur les tiennes
Arrête d’écrire
Quelqu’un prendra bien le relais
Ça suffit comme ça de sortir à l’ancienne
Son cœur sur la table
Comme un billet de 500
Et s’apercevoir que c’est un faux
Bois et ne t’étouffes pas tout de suite
A force de faire le tour de ton corps
Toi aussi tu as le droit à des moments extrêmes
Dans la banalité
A quelle température prend-on feu ?
Tu n’iras pas chercher la réponse tout de suite
Mais cette femme qui te sert un autre café
Et agrandit ton île et son cadastre
Sa main bat les cartes dans ton cerveau
Sa main se coince dedans
Et tu aimes ça
Tu aimes ça t’éloigner des capitales
Que feras-tu de tes mains après avoir écrit ?

Ghost in the web