André Breton a gagné, et les textes longs découragent la plupart des gens

Ne cherche plus des raisons
Qui durent toute la vie
Se lever le matin est devenu surréaliste
Le surréalisme c’est la règle
Théorie et pratique
Main dans la main pour une fois
Lève-toi et marche dedans
De tout ton corps
Cellules mortes et cellules souches
Tout ce qui n’est pas mort dix fois
Peut encore servir
Le réveil qui sonne tous les quarts d’heure dans ta tête
Lève-toi sans te réveiller
Hier on était quelque chose
Mais il parait que hier s’est fait enlever
Il devenait gênant et ne disait même pas bonjour
Lève-toi et ne marche pas trop
Tu t’éloignerais du sujet
Télécharge les règles du jour
Télécharge ton café
On te dit que le passé est une mauviette
Tu ne les crois pas
Mais ce que tu crois ne passe pas à la télé
Tu sors dehors
Non armé
Il faut faire confiance au dehors
Se dire que les gens qui marchent derrière et se rapprochent
Ne vont pas te poignarder
Ils ont juste un train à prendre
Le même que toi
Un train bondé et qui pue et c’est normal
Une puanteur en commun
Et des corps qui se touchent sans le vouloir
Tu aurais voulu qu’on te touche autrement
Mais ton téléphone te dit
Que l’érotisme sélectif est un contact
Qui a momentanément disparu de la liste
La liste est un bon manager
Un point de confiance
Ne cherche pas sur le trajet qui tu es
La question est morte sur la table au bac de philo
La seule question qui règne
C’est de savoir à quelles personnes tu dois parler
Pour ne pas perdre ta valeur
Pour te sortir du placard
Les fontanelles bien dures
Et du lasso dans la voix
C’est moche comme un tableau de salle d’attente
Mais le moche est rentable
Et le coup bas un logiciel de pointe
Certains visages sont des îles
Que tu n’atteins jamais
C’est moche comme un lundi
Et la plupart des gueules
Qui s’ouvrent à ton passage
Mettent leur faim en discours
Au début tu vois très bien de quoi ils parlent
Après c’est moins facile
Avec leur salive dans les yeux
Ne cherche pas des raisons de fuir
Il y en a trop, beaucoup trop
Et aucune ne t’évade plus longtemps que la pire des drogues
L’urbanisation et la densité ne sont rien d’autre
Que l’expulsion de toute fuite possible
Comment fuir quand plus rien n’est naturel ?
Quand le fake est devenu la flore et la faune
Et le soleil et l’ombre ?
C’est moche et tu es beau une minute
Entre deux portes
C’est déjà bien
C’est déjà ça
On t’attend
Enfin pas toi
Ta production
Avec le sourire qui va avec
L’odeur saline sous les bras
L’allégeance globale
C’est un mot un peu fort
Mais qui convient
Comme les lèvres d’un chef
Sur celles d’un homme en retard
C’est moche
Tu n’en crois pas tes yeux
Mais tes yeux seront bientôt privatisés
Vois
La règle du dérèglement
Elle est installée
En plein de milieu de tout
Comme un totem qui aime tout le monde
Surtout sacrifié
La journée n’est pas finie
Pirate un café de plus
Fais un selfie avec lui
Tant que ta tête n’est pas encore tombée
Les règles changent pendant que tu respires
Et tu sais
Même si savoir ne sert à rien
Tu sais
Passer une bonne journée
Est un surréalisme de compétition
Passe une bonne journée on te dit
Avec des dents aiguisées au sandwich
Ne cherche plus des raisons qui n’ont plus cours
Cendrillon a fini dans un cendrier
Aujourd’hui si on perd une chaussure
C’est la guerre économique ou bien un attentat
Prends une minute pour cesser de rêver
Personne ne le verra
Tu ne rêves plus
C’est vraiment dur de faire ça
Tu tiens une minute à peine
Pas le temps de prendre des notes
Et de nouveau
Tu rêves à cloche-pied et surtout de finir la journée
En te reconnaissant à la fin
C’est pas gagné
C’est pas perdu non plus
Ce qu’il y a de bien dans le surréalisme
C’est que tu peux prendre un échec pour une réussite
Une réussite pour un bon choix de literie
Et aussi
Comme on ne peux plus s’arrêter
Tu peux prendre
Un chat pour une station de métro
La station de métro - que tu empruntes pourtant tous les jours -
Pour le vaisseau extra-terrestre dans le premier Alien
Tu peux prendre une règle pour une liberté
Une liberté pour un pince-nez
Et encore tu peux prendre
Ton homme pour le meilleur des hommes
Ta femme pour une intervention de l’OTAN
André Breton a gagné
Aujourd’hui
Vu ses compétences et les besoins actuels
Il serait DG d’une grosse boite ou Premier ministre
En apparence c’est un peu fort
Mais en fait ça ne l’est pas assez
André Breton a gagné et Salvador Dali aussi
Le surréalisme nous dirige
Depuis le moindre postillon de l’économie
Jusqu’à ce texte beaucoup trop long
La prochaine fois ne prends pas de café
Il est coupé avec des passages secrets